vendredi 25 janvier 2013

Étrange équation: occupée = heureuse

Occupée = heureuse 

L'équation m'a surprise. On dit, pourtant, partout qu'il faut casser cet engrenage - enivrant, certes! - de la productivité. Mais voilà qu'on nous dit qu'il faut être occupée mentalement pour être heureuse. J'ai écrit un article sur ce sujet pour Sympatico.ca.

Cette équation m'a surprise, mais m'a surtout réconfortée. Je carbure aux projets et aux idées. J'aime être occupée. L'absence de défis, d'idées nouvelles ou de boulot m'angoisse plus qu'être débordée. Évidemment, il y a toutes ces poussées d'adrénaline liées à l'élaboration et la réalisation de mes projets, mais aussi le bonheur de se sentir utile ou à sa place, la motivation de se dépasser et la fierté du travail accompli.

En fait, l'idée n'est pas de se tenir occupée à tout prix, il faut aussi équilibrer le tout avec des moments de détente et de plaisir. «Être occupée n’est donc pas juste «faire» quelque chose, mais c’est être, créer, penser et surtout se faire plaisir. Et quand on est occupé de cette façon, positivement, on est nécessairement plus heureux. Notre esprit ne vagabonde pas sans but, il voyage directement vers ce qui nous fait du bien.» (Allez lire tout l'article)



 Mais surtout:

jeudi 24 janvier 2013

Juste se faire du bien

J'ai écrit un article presque thérapeutique: 25 façons de se sentir bien. Je me suis fait plaisir. C'est pratiquement ma liste à moi de petits plaisirs qui mettent de la douceur dans ma vie, qui coupent ma journée en deux, qui me permettent de décrocher (parfois pas très longtemps) pour mieux, ensuite, revenir à la tâche entreprise, qui allègent mes journées de fous, qui chassent certaines tensions, bref... qui me font tout simplement du bien.

Parmi les plus microscopiques choses qui me font du bien: me choisir une couleur de vernis et l'appliquer avant de m'asseoir devant mon écran. Minime, non? Mais ça me met de bonne humeur, un point c'est tout. Alors je le fais... 






Mais le dénominateur commun de ces 25 choses à faire pour se sentir mieux est que je me sens plus calme (un peu) quand je les fais. Et j'en ai bien besoin, parfois.Chaque jour, on devrait mettre sur notre interminable «to do lit» au moins un truc qui nous dénoue certains nœuds et tensions dans nos épaules (Moi, c'est là que se dépose mon stress! Je peux mesurer mon état général juste en observant mes épaules et surtout comment elles sont crispées). Du coup, on sera plus heureux en plus... et nécessairement plus efficace, aussi!




lundi 21 janvier 2013

Bye bye le négativisme!

Depuis le début de l'année, j'essaie de chasser le négatif de ma vie. À grands coups de sourire, à grands coups de projets qui me font du bien. En m'entourant de personnes qui vont de l'avant, de personnes inspirantes. Mentalement, j'essaie de mettre une barrière entre les trucs trop négatifs - et souvent gratuits - et moi. J'aime particulièrement cette image qui dit «N'apporte pas le négatif jusqu'à ma porte». Ça résume ma pensée. Mais parfois, c'est «moi» qui est négative. Je le sais bien. Mais promis, je me soigne!


Pour MSN.ca, j'ai rassemblé les 10 phrases négatives à ne plus prononcer. C'est un début. Un premier pas à faire pour se débarrasser de notre inclinaison à être négatif. Et s'il faut arrêter de prononcer ces phrases, il faut aussi ne plus les écouter quand les autres les prononcent. Mettre une barrière pour ne pas trop se laisser atteindre... Parce que le négativisme est - malheureusement - contagieux.

Être négatif, ce n'est pas que de voir le côté sombre et râler. C'est aussi se plaindre, trouver des excuses, gratter le bobo au lieu de foncer, avoir une attitude de perdant, être défaitiste, attirer l'attention (négative) sur nous, vouloir être une victime et tout ça, ça m'énerve! Quand on est «négatif chronique», on entre dans un engrenage qui nous draine vers le bas au lieu d'aller de l'avant. C'est dépenser beaucoup d'énergie pour chialer au lieu de trouver des solutions (c'est plus facile d'être négatif que de changer, c'est sûr!). Aussi, si on se laisse trop contaminer par les autres qui chialent autour de nous, on sombre avec eux. 

C'est peut-être plus d'ouvrage d'être positif, mais  c'est plus profitable... pour tous parce que...  


dimanche 20 janvier 2013

J'ai envie de sortir



Voici trois sorties projetées dans les prochaines semaines/mois... 

La légendaire ROUTE 66 aux Grands Explorateurs. Je me promets d'aller voir la représentation du 5 février, au retour de la Floride. 

L'exposition Les Beatles à Montréal qui souligne le 50e anniversaire du passage des Beatles à Montréal! Génial! À Pointe-à-Callières à partir du mois de mars 2013. 


L'exposition L’univers de Michel Tremblay au Musée de la civilisation à Québec jusqu’au 18 août 2013. Depuis que j'ai vu Les Belles-Soeurs en décembre dernier, j'ai envie de relire et revoir son oeuvre. Quelle surprise de voir que justement, en ce moment, il y a une exposition sur lui. J'y cours! 

samedi 19 janvier 2013

Pour bouger... avec le sourire!

En 2012, ma plus belle découverte a été le zumba. J'adore! J'ai même écrit, pour Sympatico, que le zumba pourrait changer le monde. En tout cas, il a changé mon monde. Pour le mieux.

Mais au début 2013, j'ai fait un article sur la gym suédoise pour Coupdepouce.com et même si je n'ai pas testé cette activité, le principe m'a bien plus. Et je ne dis pas non à l'essayer cet été dans un parc. Qui sait?

samedi 12 janvier 2013

Ma découverte

Un peu avant Noël, j'ai acheté le livre Opération Bonheur de Gretchin Rubin. Un cadeau «de moi à moi» comme je m'en fais chaque année (J'ai aussi acheté les trois premières saisons de La Galère que je réécoute avec bonheur et souvent la larme à l'oeil!).  Je l'avais simplement feuilleté jusqu'à hier soir. Parce qu'en fin d'après-midi, hier, j'ai découvert Bonheur, Zen attitude et cie, un blog lancé par Audrée Archambault (collègue virtuelle chez Sympatico), Ariane Gagnon et Catherine Cormier. Elles ont lu aussi Opération Bonheur et elles ont été inspirées. Elles ont décidé de bloguer sur leur quête du bonheur et de zénitude. Joie! J'ai tellement envie de les suivre. 

Et elles ont plein d'autres raisons pourquoi elles ont lancé ce blogue, mais une m'interpelle tout particulièrement: «Parce que tenir un journal en ligne, ça nous force à nous poser des questions et à bien agir». C'est telllllllement vrai! Et souvent, quand j'écris mes défis ici ou encore dans mon journal créatif, j'ai l'impression d'avoir déjà fait un tout petit pas vers la réalisation de mon objectif. Ça, c'est génial! 

Merci les filles d'avoir créé cet espace si inspirant. Certaines que vous aurez beaucoup de lectrices! 


mercredi 9 janvier 2013

S'offrir des cadeaux en 2013

Ma collègue virtuelle Mylen Vigneault, chez Yoopa,  nous a offert des mots pour les différents mois de l'année. Moi, chez Sympatico, j'ai choisi 7 cadeaux à s'offrir en famille cette année: rebondir, patience, silence, connaissance, arts, paix et joie.

Et vous, que voulez-vous vous donner?

jeudi 3 janvier 2013

Deux idées à piquer

J'aime Pinterest. C'est ma découverte 2012 que je souhaite bien utiliser encore en 2013. J'aime découvrir les idées de tout le monde et surtout, j'aime m'y inspirer.

Voici deux idées que j'y ai trouvé que je veux reproduire.


- Un calendrier dans une boîte (idée aussi reprise par Isabelle)

- Un pot à souvenirs comme celui-ci! Parce que trop souvent à la fin de l'année, on ne se souvient plus des moments cools.




mercredi 2 janvier 2013

Simplement parce que...







En écoutant une émission un soir durant les Fêtes, je suis tombée sur cette chanson. Elle m'a frappée. Par sa justesse. Par ses mots qui sont un écho au mien, par moment. Parce que cet automne, je n'en pouvais plus de ces «Comment ça va?». Je ne savais plus quoi répondre. Ce n'était pas la catastrophe, mais je ne me sentais pas au top de moi. Mais les "ça va?" me rentraient dedans. Je ne voulais pas y penser. Ça n'allait pas comme je le voulais sans même trop savoir ce qui allait tout croche.

Ça passe. Tout passe. Mais je reste fragile en écoutant cette chanson. Elle me secoue. Et me touche.


Mot phare et autres idées

C'est le temps de choisir notre mot phare. Je n'ai pas encore lu tous les vôtres, mais je le ferai, car souvent ils m'inspirent énormément. J'ai choisi le mien aussi. En fait, il s'est comme «imposé» à moi il y a déjà quelques semaines.

CHOISIR

Je veux choisir ma vie. Mes batailles. Mes rêves. Mes buts. Mes peurs. Mes combats. Mes projets. Je veux aussi ME choisir. Pour me retrouver. Pour plus d'authenticité et moins de faux-semblant. Je veux choisir pour me donner du temps. Je veux choisir les boulots que j'aime. Je veux choisir d'être moi. Choisir d'être heureuse. Choisir pour plus de temps pour ma famille.

On dit trop souvent que nos choix nous définissent, alors je veux faire les bons.

C'est étrange. Habituellement, j'ai mille trucs à dire sur mon mot phare, mais cette année, il est là, je sens que c'est le bon, mais je me laisse un peu fondre en lui. Je laisse aller le reste. Ça viendra.