dimanche 24 février 2013

Là. Tout de suite. Now.

Je n'ai pas grand mot à dire, finalement. Je suis triste. En colère aussi un peu. Secouée. Ébranlée. Comment peut-on mourir à 29 ans quand on a mille projets, des yeux pétillants, le regard plein de rêve, le sourire aux lèvres?

Ça me fâche. Mais ça me fouette aussi. Une amie écrivait sur Facebook qu'apprendre la mort de quelqu'un plus jeune qu'elle, venait toujours la bouleverser. Et susciter mille réflexions. Elle se demandait pourquoi on s'acharnait parfois à faire des choses qui nous emmerdent et pourquoi on attendait avant d'aller de l'avant.

Je me sentais un peu comme ça. On allait au cinéma, avec les enfants, ce matin quand j'ai appris la nouvelle. Ce fut difficile de rester concentrée sur le film. Une réflexion tournait dans ma tête: «Qu'est-ce qu'on attend pour prendre nos rêves, en faire des buts et faire des pas pour les réaliser. Qu'est-ce qu'on attend?» 

Je ne veux pas avoir de regrets. Je ne veux pas attendre. Je ne veux pas être une fourmi. Je veux être une cigale et puis tant pis. Je veux essayer. Je veux foncer. Je veux tout, là, tout de suite, now. 
Cette urgence, je la porte déjà depuis longtemps. je suis une impatiente née. Je n'ai pas assez d'heures dans mes journées (et j'ai besoin - malheureusement - de dormir!). Je fais toujours trois choses à la fois. Je suis ici, là et dans ma tête à la fois. Ça étourdit bien du monde. Tant pis. Je veux ça. Je veux tout. 

J'ai le goût de faire des choses qui me font tripper. Des choses qui me font sourire. Je ne veux plus m'embarrasser de trucs qui m'emmerdent. Je vais faire du ménage, peut-être. Je vais trier. Choisir. 

Un mot résume tout ce que la mort de Julie provoque: NOW. 

C'est là, ce moment précis, qui est important. C'est «NOW» qui est le bon moment. Notre vie doit être une succession de grands cris «NOW». Je veux pas surfer sur ma vie; je veux la sentir, la ressentir, la vivre. C'est comme ça qu'on devrait vivre. Je veux prendre mes rêves et travailler chaque jour à les réaliser. Pas que du vent, des vrais pas. Je ne remets plus rien à plus tard. NOW est le bon moment.






2 commentaires:

  1. Tu sais que je partage cette même urgence de tout vivre à la fois que toi... Ça ne fait que me réaffirmer que c'est ça le chemin à prendre. Malgré que j'en étourdisse quelques uns par moment. ;)

    RépondreSupprimer