mardi 21 juin 2011

Rester créative...

J'aime ce vidéo. Et toutes ses idées.

29 ways to stay creative [video]

mardi 7 juin 2011

Échec et mat: mon petit dernier



Habituellement, mes histoires, je les porte longtemps. J'ai d'abord une idée. Un flash. Je la note. Avec plein de mots tout autour. Puis, je laisse le tout de côté. Mais un peu inconsciemment, je me mets en mode «recherche d'idées complémentaires», d'une suite, en fait, pour mon histoire, des noms des personnages, des lieux, des rebondissements, etc. Je note encore le tout. Vient ensuite un jour où toute mon histoire est là, bien construite, complète... dans ma tête! Alors, là et seulement là, je me mets à l'écriture. Et cette partie du boulot - un accouchement, quoi? - est beaucoup longue que ma période de gestation...

Mais il y a des histoires qui viennent spontanément et qui exigent que je l'écrive tout de suite. Parce que dès que j'ai l'étincelle de départ, toute mon histoire est là; je sens que c'est trop intense pour que j'attende. Alors je me lance sans période de gestation! C'est rare, mais ça arrive.

Mon dernier résultat ainsi: mon roman Échec et mat. Mais c'est le processus inverse... Au
départ, c'était un très bref roman qui est sorti ultra rapidement. Puis, cette histoire bouleversante racontant la colère d'un garçon envers son père qui ne joue plus aux échecs avec lui car il demeure désormais dans une autre ville, je l'ai lue et relue plusieurs fois. Elle ressemblait plus à une nouvelle qu'à un roman. Je l'ai donc laissée de côté longtemps. Je l'ai fait murir. Doucement. L'été dernier, avec avoir tourné autour d'elle pendant longtemps, je l'ai retouchée... et voici le résultat final: un roman publié chez les éditions du Phoénix. Elle est fidèle à ma première idée, mais je lui ai rajouté encore plus d'émotions. Ce n'est pas évident de mettre des mots sur la colère d'un jeune garçon... Mais pour moi cette histoire était importante à écrire, à raconter. Parce que trop d'enfants sont au prise avec des colères silencieuses envers leurs parents. Dans mon histoire, Mathias est fâché parce que depuis la séparation de ses parents, il ne peut plus jouer aux échecs avec son père. Il en veut à la terre entière et encore plus! Il lutte contre ses désirs profonds - voir son père - et son besoin de rester en colère - pour mieux se barricader contre la peine!. Il apprend finalement que le temps règle bien des trucs et calme bien des tempêtes. Même celles du coeur!

J'espère qu'avec ce livre, tous les enfants qui ont un différent avec un de leurs parents, pourront y trouver des parcelles d'espoir. C'est un roman coup de poing, sensible, touchant et finalement positif. Parce que la vie, c'est cela aussi... un long chemin, une grande partie d'échec! Eh oui, la vie est un échiquier sur lequel on joue la plus fabuleuse de toutes les parties... la nôtre!

lundi 6 juin 2011

4 ans et bien du talent

Un vidéo à voir d'une petite de 4 ans qui expose dans une galerie à New York. Rien de moins.

mercredi 1 juin 2011

Je suis une M

Je suis chanceuse. Contente. Heureuse. Je fais partie du Laboratoire des Muses. Et je compte bien en profiter tout plein. Après un mois de mai mouvementé, après avoir remis mon manuscrit et après deux salons du livre en moins d'un mois, je me mets en mode «M». Et surtout en mode création. Inspiration.

Je compte bien m'amuser et de faire du mois de juin le mois de la douceur et du bon temps!