dimanche 18 décembre 2011

Émue

Quand j'écoute un film, quand je lis un livre, quand je vois un spectacle, c'est toujours la même chose. Je cherche à être émue.

C'est tout.

Personnellement, je me fous que ce soit le plus grand génie de tous les temps pour écrire de la musique ou l'écrivain le plus connu mondialement. Je m'en fous. Ce que je cherche, c'est d'être touchée. Là. En plein coeur. Sans grand artifice, souvent. Avec simplicité, mais surtout sincérité. Le reste? Le reste, je le laisse aux autres.

Je me fous de la critique, que un million de gens disent que c'est un chef d'oeuvre, que ça remporte un prix ou non. Ce que je veux, c'est sentir que ça résonne en moi. Que ça me rejoint par je-ne-sais quel procédé. Je ne cherche même plus à l'expliquer. Je pourrais être la seule au monde à aimer cela, ça ne me dérange pas. Je peux aimer seule, sans problème. Je ne cherche même pas à convaincre les autres que ce que j'aime est bon. Je sais que c'est bon pour moi. Ça me suffit. Ça me parle à moi. C'est tout. C'est suffisant. C'est merveilleux!

Cette scène est l'une de celles qui m'émeut le plus. La retenue, la douceur, les confidences, le sentiment d'être si petit, mais surtout la reconnaissance des garçons. Tout cela vient me chavirer le coeur chaque fois.


3 commentaires:

  1. Je pleure à toutes les fois que je vois cette scène... Et ces temps-ci, je me sens encore plus émotive. Dans un mois, je quitte ma classe. Et le plus triste, c'est que j'ai les élèves les plus merveilleux! :(
    Mais pour en revenir à ce film, faut vraiment que je le revois pendant les vacances! Joyeux Noël Nadine, à toi et à tout ton petit monde!

    RépondreSupprimer
  2. Ta description est parfaite, ton extrait aussi! L'émotion, c'est une affaire de coeur, voilà tout ! Joyeux Noël Nadine!

    RépondreSupprimer
  3. Un petit mot pour te souhaiter une bonne année et te dire à quel point j'apprécie ton blog... au plaisir de te lire encore en 2012!!!

    RépondreSupprimer