vendredi 18 février 2011

Apprendre à se connaître

Je n'ai pas beaucoup écrit ces dernières semaines. Presque pas. Pas le goût. J'attire les idées, simplement. Je les examine. J'essaie de les faire pousser. Mais je ne les presse pas. Je ne tords pas plus le temps. Je sais que c'est une étape avant de me remettre à l'écriture.

Je dessine, colore, peins, tricote, colle, agence, gribouille beaucoup par contre. Et ça me mène tranquillement à l'écriture, à mes idées, à la création. Peut-être que ça ne semble pas à première vue productif, mais moi je sais que ça l'est (et c'est tout ce qui compte!).

Je sais. Je sais maintenant. Un paquet de choses sur moi. Sur ma façon d'écrire, de penser, de mettre en place mes idées, de travailler. Je sais que j'ai besoin de périodes où je lis beaucoup et d'autres que les livres s'accumulent sur ma table de chevet. Des moments où je suis loin de mes histoires sans l'être vraiment. Pour mieux y revenir. Je sais aussi que ça ne me sert à rien de m'astreindre à un travail d'écriture si l'élan, le petit élan qui change tout, n'est pas là. C'est paniquant parfois, mais je sais que c'est normal. J'ai tout en moi, en dormance.
Même chose pour le boulot. J'ai au moins 6-7 projets prêts à être écrits. Et j'attends. Je sais que tout va débouler rapidement quand je vais m'y mettre. Mais ce n'est pas l'heure. Et je sais qu'il faut que je m'écoute. Plus. Tout le temps.

Aujourd'hui? Je m'accorde du temps pour moi. Je vois une amie, je magasine avec une autre, je me promets un bon souper en bonne compagnie. Et ça me comble. Parce que je sais que tout cela va me ramener à l'écriture et à toutes les histoires que j'ai en tête! Faut juste apprendre à se connaître. Et s'écouter. Mais ce n'est pas facile. Je le sais, je flanche souvent sous l'effet d'une panique incontrôlable. Puis, je saisis mon cahier et je dessine, je me vide la tête pour mieux reprendre mes esprits et ça passe. Doucement.

Je pense que c'est cela vieillir (ou grandir!)...

2 commentaires: