jeudi 6 janvier 2011

Les parenthèses qui font du bien


Lâcher prise est une expression à la mode. On la recherche tous, mais en même temps on se met plein de frein. On croit que lâcher prise, c'est ne plus se soucier des autres, s'en foutre, même. Pourtant ce n'est pas cela. Je le sais, probablement comme vous, mais j'avais de la difficulté à définir le concept. Et voilà que je trouve la réponse en préparant un article. (quand ça arrive, je trouve que ça ressemble presque à un «signe»...)

«Lâcher prise ne veut pas dire ne rien faire ou se désintéresser des choses. C'est se mettre entre parenthèses dans le monde dans lequel on vit, sans pour autant s'en extraire. On agit sans être en réaction et sans se focaliser sur une idée, un vouloir ou un désir qui obscurcissent notre horizon. On devient présent au présent, avec nos yeux, notre odorat, notre toucher, notre ouïe. C'est avant tout un état d'esprit qui consiste à se mettre en résonance avec ce qui nous entoure, sans résister. Ainsi l'on va dans le mouvement de la vie.»

Alors, j'espère être capable de mettre des parenthèses dans ma vie. J'en mets déjà beaucoup dans mes textes, mes récits, même dans le titre des (Z)imparfaites. Je n'avais pas vu le lâcher prise ainsi, mais l'explication me va. Alors de temps en temps, je vais visualiser des parenthèses autour de moi... et je vous en souhaite tout autant.



2 commentaires:

  1. J'aime cette explication de lâcher prise! J'vais prendre une parenthèse ce matin juste pour moi! Merci!

    RépondreSupprimer
  2. Merci encore une fois, je vais m'inspirer de ta découverte!

    RépondreSupprimer