vendredi 31 décembre 2010

C'est ma vie


Trouvé sur le blog Vie Explosive

Ça pourrait devenir mon crédo pour 2011, non? Et le vôtre, qui sait?

vendredi 24 décembre 2010

La plus belle nuit du monde

Quand Noël revient, j'essaie d'expliquer pourquoi cette Fête est spéciale pour moi. Il y a quatre ans, je crois, j'ai écrit ce texte pour le site Mamanpourlavie.com. Tout l'essence que je donne à Noël est là. Je ne pourrai jamais écrire quelque chose de mieux ou de plus précis. J'y ai fait quelques corrections au fils des ans, mais c'est moi. Totalement. Noël, c'est tout cela... et tout ce que je lui fais porter aussi! Beaucoup pour une toute petite nuit. Mais ça me fait du bien. Tellement.

Sur ce, passez la plus belle nuit du monde ce soir et prenez le temps de regarder le ciel et les étoiles.

***


«Je reviens, ce ne sera pas long. J’ai oublié quelque chose en bas. »

Voilà, c’est fait. J’ai quitté le réveillon. Pour quelques minutes seulement.

La nuit de Noël, pendant que les verres s’entrechoquent au salon et que les enfants n’en finissent plus de déballer des cadeaux, je m’éclipse doucement. Je m’approche d’une fenêtre. Je lève les yeux au ciel pour mieux réfléchir ou pour appeler les étoiles à ma rescousse. Et c’est là, toute seule, que je fais d’abord mon bilan. « Qu’est-ce que j’ai fait durant l’année? De quoi suis-je fière? Qu’est-ce que je voudrais apprendre ou réaliser l’an prochain? » Je pense aussi aux grands événements de la vie de mes petits lutins. Puis, je ferme les yeux et souffle doucement mes espoirs dans la nuit étoilée en espérant que les fées les attraperont pour m’aider à les accomplir.

La plus belle nuit du monde
C'est cette nuit de Noël
Où les bergers étonnés
Ont levé les yeux vers le ciel
Une étoile semble dire
Suivez-moi je vous conduis
Il est né cette nuit

Puis, je laisse mon esprit vagabonder un peu. Noël me rend immensément heureuse, mais, à la fois, il me laisse extrêmement songeuse. Les chants de Noël résonnent dans ma tête.

Toutes ces promesses de renouveau dû à l’arrivée du Messie, cet esprit de réconciliation, ces envies de rapprochement, ces élans du cœur et ces souhaits de paix et d’amour me font espérer en un monde meilleur. Ça y est, j’ai les yeux qui brillent de larmes douces. Je veux croire en un monde plus juste, moins extravagant, plus vrai, moins accusateur, plus ouvert, moins individualiste, plus vert, etc.

La liste peut être longue. En me sentant si petite sous le grand voile de la nuit étoilée, je me sens déjà mieux en y déversant mes doutes, mes espoirs, mes souhaits et mes questions. Il y a peut-être quelqu’un là-haut qui écoute ma timide prière? Savoir se tourner vers plus grand que soi, au sens propre comme au sens imagé, allège notre dose de soucis sans pour autant s’en ficher. On apprend ainsi à lâcher prise un peu. On n’a pas une emprise sur tout. Et Dieu merci! On n’est pas le nombril du monde. J’en baisse les yeux pour demander timidement et humblement pardon : à ceux que j’ai blessés et à ce que j’ai fait dont je ne suis pas fière. En même temps, j’essaie de penser aux autres, à ceux qui, moins chanceux n’ont pas une famille pour célébrer. Ou ceux qui en avaient une, mais dont le destin est venu chavirer l’ordre des choses.

Sur la paille d'une étable
Ils se sont agenouillés
Les pauvres comme les princes
Au pied de l'enfant nouveau-né
Et ce chant comme une source
A traversé le pays
Il est né cette nuit

On dit que les étoiles guident les bergers. Pour moi, les étoiles guident mes détours et mes doutes. Elles m’inspirent, m’apaisent et me rassurent. Je suis là dans un monde merveilleux. Il faut que j’en profite. C’est le message qu’elle m’envoie. Sur elles, je dépose toutes mes promesses. Car Noël est synonyme pour moi de renouveau. On saisit la chance de s’améliorer et de grandir. Je veux être meilleure, sans exiger ou prétendre être « la » meilleure. On efface les mauvais coups et on met le cap vers l’avant, le cœur gonflé d’espoir. J’y crois… la preuve : mes deux enfants. Avec des enfants près de soi, tout bourgeonne, tout palpite, tout brille, tout resplendit. On a le goût de croire en la vie. On trouve la motivation pour croire en demain, en soi et en eux.

La plus belle nuit du monde
C'est cette nuit de Noël
Dans le coeur de tous les hommes
Un peu d'amour descend du ciel
Tant de choses nous séparent
Cette étoile nous unit
Il est né cette nuit

Puis, juste avant de quitter mon confessionnal moderne et secret, je jette un coup d’œil, sans qu’ils me voient, aux membres de ma famille. Je ferme à nouveau les yeux pour prendre une photo, dans ma tête, de tous ceux que j’aime. Je fais un vœu secret et je remercie la vie de les avoir mis sur mon chemin. Et j'espère que l'an prochain, on sera là, encore tous ensemble. Probablement que la même étoile nous guide, qui sait?

Je cours les rejoindre. Et j'ai en moi l'envie irrésistible d'aller embrasser mes deux petits lutins, ce qui arrivera dans quelques heures quand ils reviendront de leur réveillon les yeux endormis mais pétillants de tout ce qu'ils auront vécu. En attendant, j'essuie subtilement une dernière larme étoilée sur ma joue.

« Nadine, tu viens? »

« J’arrrriiiiiiive! »

jeudi 23 décembre 2010

Les larmes de Noël...


Chaque année, Noël me fait pleurer. Pourtant, je n'ai pas vraiment de peine. Quelques blues, bien sûr, mais rien de lourd qui paralyse mon coeur. Ce sont plutôt des larmes de «surplus d'émotions». Des larmes de vieux souvenirs qui font faire trois pirouettes à mon coeur. Des larmes d'espoir. Des larmes de bonheur aussi.

Des larmes d'une grande sensible, en résumé. Je deviens plus émotive durant le temps des Fêtes. J'ai mille souvenirs en tête, mille projets à réaliser avec mes minous, mille désirs de combler ceux que j'aime. Je me laisse entraîner sans problème par une chanson et en plein magasin, je sens que mes yeux me piquent et c'est plus fort, j'essuie timidement quelques petites larmes. Parmi mon top de chansons qui me bouleversent: Glory Alleluia (La plus belle nuit du monde), Minuit Chrétien, Happy Xmas et Petit papa Noël. (Anecdote: chaque année, je vois le spectacle Décembre et c.h.a.q.u.e. fois on demande aux enfants entassés au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts de chanter Petit papa Noël pour faire arriver les enfants... eh bien chaque année, j'essuie mes joues pleines de larmes. Ça me touche plus que tout, ces petites voix maladroites qui entonnent la même ritournelle de supplication....)

Je me laisse facilement émouvoir par les gestes de la magie de Noël. J'aime voir les gens s'unir dans l'esprit des Fêtes: un "Joyeuses Fêtes" à la caisse de l'épicerie, un adulte avec une tuque de père Noël sur la tête, une voiture décorée de bois de rennes et d'un nez rouge, les paniers de guignolée partout, les fêtes d'école de Noël, les cartes en papier que je reçois et qui déborde sur mon buffet dans la cuisine, les lumières accrochées partout, la musique de Noël partout (et surprendre quelqu'un qui la fredonne comme nous!), etc.

Dans notre ère plus individualiste et où tout le monde se promène sans vraiment se regarder, je trouve que Noël nous unit pendant quelques instants. Et ça, c'est précieux! Ces démonstrations de solidarité, ces élans complices me font monter les larmes aux yeux...

Et puis, bien sûr, il y a mes 33 autres Noël qui me reviennent en tête.
...ceux de mon enfance où on était une vingtaine chez mes parents ou ceux où nous étions une soixantaine dans une salle dans ma Beauce. Des airs joyeux, des rigodons, des escapades à la messe de minuit, entassé dans un jubé débordant, à dire "enfin" au lieu d'"amen" et se trouver tellement drôle, à jouer à des jeux jusqu'au petit matin, des set carrés, des chansons à répondre, etc. Des Noël où ma famille continuaient des traditions et qui me font croire que je suis probablement la dernière génération à avoir goûté à ces réunions de famille d'antan... Ça me fait tout drôle de savoir que mes enfants ne connaîtront pas vraiment cela.
... ceux de ma vie de maman, soit depuis 8 ans, car en 2002, j'étais très enceinte, heureuse de porter ce petit soleil qui me comblait déjà... et que tout le monde a gâté même si elle ne s'était pas pointé le bout du nez. Noël devient encore plus Noël (si c'est possible) avec des enfants... J'aime voir ma fille se mettre sur la pointe des pieds pour voir si elle sera assez grande pour mettre l'étoile au bout du sapin ou voir mon garçon s'émerveiller devant une boule musicale (ou se trémousser devant une figurine chantante!!). J'aime créer l'attente avec eux. J'aime le matin de Noël où juste parce que c'est Noël, c'est différent!

Le jour où je serai capable de retenir mes larmes à Noël signifiera que Noël ne me dit plus rien. Que la magie a quitté ma vie. Que je ne crois plus. Je souhaite que ça n'arrive jamais... Jamais.

Inspirant...

À lire. Et relire. Pour que Noël ait un sens...

lundi 20 décembre 2010

Ici. Maintenant.

C'est ici et surtout ainsi que je veux vivre. Et j'ai beaucoup aimé cette galerie inspirante.

mardi 14 décembre 2010

Brico facile...

Ce qu'il faut...
- des rondelles de branches de bois (merci mon papa!)
- de la peinture
- du fil
- de l'imagination
- un après-midi smooth

Et voilà le résultat... (et bientôt, je vous montre le résultat dans le sapin!)

Pensée étoilée



«Il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel.»
Dalaï Lama

lundi 13 décembre 2010

Bonheur!


J'ai envie de faire une liste de mes bonheurs, des petits trucs qui me font du bien, qui me permettent souvent de décrocher ou de recharger mes batteries, de me remettre les idées en place, qui m'apaisent, etc.

Un bonheur facile pour moi: m'évader à la bibliothèque municipale en ayant tout mon temps. Je peux fouiner autant que je veux. Je peux lire un peu. Je peux prendre un magazine. Je ne cours pas après les enfants. Je n'ai pas de but précis. Je profite, simplement. Et pour me mettre dans cet état, je prends soin d'enlever mon manteau, de prendre un peu mes aises, de me choisir un fauteuil avec une petite table. Autrement, je continue de marcher de façon pressée, comme s'il y avait urgence. Et là, un magazine entre les mains que je feuillette... je décolle! Je suis bien! Je ne lis pas tout, je tourne les pages m'arrêtant qu'à ce qui retient mon attention, je regarde les images. Je suis là, c'est tout. Mes épaules se décontractent, s'abaissent en silence. Mon dos se relâche. Je sens que mon cou l'imite. Je perds mon regard sur la cour intérieure toute enneigée par l'immense fenêtre. Je suis bien. J'aime feuilleter un magazine. Le contact avec les fines pages. Le bruit que cela provoque. La panoplie de sujets et d'idées que j'y trouve. Depuis longtemps, j'adore les magazines. C'est un bonheur pour moi. Vraiment.

Vraiment, pour recharger mes piles ou pour relaxer, c'est dans une bibliothèque que je me sens mieux! Comme à ma place. Protégée. Entourée. Vivante. Calme. Allumée. Inspirée. Bien. Bien. Bien.

mardi 7 décembre 2010

Stimuler ses idées

J'aime lire sur la créativité. En plein durant un gros projet d'écriture. Ça m'aide. Je sens en moi un changement.

Voici donc 30 astuces pour stimuler sa créativité.

vendredi 3 décembre 2010

Écrire dans le noir pour mieux se voir

J'ai fait l'exercice des Petits Pas de Muses et j'ai écrit dans le noir. C'est une expérience vraiment géniale qui nous oblige à percevoir les choses autrement. Ça m'a donné des idées pour un atelier d'écriture avec cette "contrainte" qui en fait n'en est pas une. J'aime mieux la voir comme une façon de se déstabiliser, de sortir de son cadre habituel pour laisser venir à soi une inspiration nouvelle.

J'ai pris près d'une heure ce matin pour réaliser mon projet. Une heure avant d'entamer mon boulot. Avant de venir écrire. Avant même de prendre mon café. Une heure dans la noirceur, bercé par trois bougies, sans stimuli, dans le silence apaisant. Réconfortant.

Je suis ensuite descendu écrire, rituel instauré jusqu'après les Fêtes. Et je me suis sentie plus libre, plus convaincante dans mes mots, plus aérée... Je pense m'offrir ce petit temps rien qu'à moi le matin beaucoup plus souvent.