mercredi 30 juin 2010

Les contes d'Elliot



Par Émilie Rivard, illustrations de Mika, collection M'as-tu lu?, Boomerang éditeur Jeunesse, 2010. ISBN: 9782895954873

Un jour qu’il est à la bibliothèque avec sa classe, Elliot fait une bêtise et brise un livre.
Le lendemain, il est puni et il doit recoller toutes les pages des quinze contes célèbres. Puisque plusieurs feuilles sont perdues ou déchirées, Elliot décide de réparer le livre… à sa manière !

---- Une histoire dévoré en moins d'une heure dans l'auto par Adèle, comblée de voir qu'elle est capable de lire TOUT un livre TOUTE seule. Aussi, elle a beaucoup aimé les changements et les "nouveaux" contes créés par Elliot.

lundi 28 juin 2010

Lire et relire... par plaisir

Je m'en doutais. Vous aussi, probablement. Mais voilà qu'une étude le prouve. Pour les sceptiques:

« lire une histoire, à répétition, à un enfant stimule leur développement et leur donne des atouts pour leur scolarité ».
L’étude précise également que « la lecture avant l’heure du coucher implique un partage émotionnel, affectif et social primordial. Tout devient plus amusant, le simple fait de tourner les pages, en les saisissant avec le pouce et l’index ».

Lu ici.

lundi 21 juin 2010

J'ai toujours peur

J'ai toujours peur.
J'ai toujours des doutes.
J'ai toujours l'impression que ça pourrait être la fin.
J'ai toujours peur de m'éloigner de mon chemin.
J'ai toujours peur de bifurquer sans le savoir.
J'ai toujours peur de m'éloigner.
J'ai toujours peur de ne pas y arriver.
J'ai toujours un "Et si..." flottant dans la tête.
J'ai toujours un peu trop de "peut-être" qui m'assaillent.
J'ai toujours le vertige.
J'ai toujours une partie de moi qui se sent infiniment petite.

Chaque fois. Chaque fois que je remets mon manuscrit. Chaque fois que j'attends les commentaires. Chaque fois que je plonge.

J'ai beau me raisonner que ça doit être bon signe. Que si j'étais au-dessus de tout, à côté de moi et de mes émotions ou insensible à ces doutes, je me tromperais probablement de chemin. Ce serait LE signe que ça ne va plus du tout. Mais j'ai peur, chaque fois. C'est châle qui m'enveloppe et me poursuit malgré moi. Qui me fait douter, chaque pas. Qui me fait trembler.

Puis, peu à peu, le brouillard s'envole. Je le charcute moi-même à coup de petites phrases qui me font immensément du bien.

"Franchement très bien écrit et intéressant"

C'est la 2e que je reçois. Et ce matin, il me semble que j'ai juste un peu moins peur et que je peux fixer l'horizon avec une bouffée d'optimisme. Le brouillard est moins intense. Enfin.

vendredi 18 juin 2010

À l'écoute

Quand je me promène, où que j'aille, mes oreilles sont à l'écoute. J'adore écouter ce que les autres disent. Surtout des inconnus. Ainsi, je me plonge, d'une certaine façon, dans des vies nouvelles. J'essaie de décortiquer ce qu'ils disent, trouver de quoi ils parlent, comment ils se sentent, etc. J'aime aller dans les cafés et faire semblant de lire sans jamais tourner une page pour deviner ce qui se trame à la table voisine. Même si je suis avec d'autres personnes, il n'est pas rare de me voir disparaître dans ma bulle, de me déconnecter du moment présent pour "écornifler" la vie des autres. C'est aussi sinon plus captivant qu'un film...

Ce midi, alors que j'attendais Adèle devant l'école, deux femmes discutaient de l'autre côté de la rue. Lunettes fumées sur le nez, la fenêtre de ma voiture ouverte, j'ai subtilement tiré l'oreille. Ça parlait d'amour, de décision de "coeur", de chemin à faire, de difficultés, etc. Anonyme, j'écoutais. Discrète, je notais dans ma mémoire. J'essaie aussi de capturer l'essence de leurs mimiques et leurs expressions corporelles. C'est fou ce que ça peut nous dire aussi.

Chaque fois que j'espionne gentiment, j'essaie de garder un élément, une phrase, une idée, un mot ou une émotion de cette conversation attrapée. Cette fois-ci, je suis repartie avec une ambiance. La femme la plus âgée parlait trop fort. C'était presque dérangeant. Trop insistant. Un ton déplaisant aussi, à la limite de "JE-sais-TOI-tu-ne-sais-pas". Moi, ça m'agace. Profondément. Je l'ai notée dans mon cahier. Qui sait... C'est quand même inspirant quelqu'un qui nous énerve...

Mots calmes

Écoutez le silence et sentez que vous êtes.
(Lu sur Facebook)


De moins en moins, le silence me fait peur. Pas besoin de décorer de musique ou de mots un moment précieux. Ici, en "ville", difficile d'avoir un vrai silence. Le ronron du gfrigo, les tics et les tacs de l'horloge, le grésillement à peine perceptible de la lumière, etc. Mais un de mes bonheurs, c'est de me retrouver au camping, en plein bois, et savourer avant de m'endormir un silence presque complet. Que quelques bruits de la nature, les respirations des enfants et mes propres soupirs! Magique!

J'y retourne bientôt. J'ai hâte.

jeudi 17 juin 2010

Fille de mots

Je suis une fille de mots. Petite, j'ai longtemps épluché le dictionnaire, recopiant même des définitions des mots que je ne connaissais pas. Je lisais en écrivant sur mon signet tous les mots ou les expressions que je ne connaissais pas. Ensuite, je passais des heures à "lire le dictionnaire" comme se moque gentiment encore parfois ma famille. J'ai aussi copié beaucoup de phrases parce que je les trouvais jolies, parce qu'elles étaient structurées différemment, parce qu'elles m'interpellaient tout simplement.

Malgré un détour par les maths et les chiffres au secondaire et au cégep - j'ai beaucoup aimé les maths: la trigonométrie, l'algèbre, les calculs différentiel et intégral... tout sauf de la comptabilité! Et j'ai bien failli me retrouver prof de maths si je n'avais pas été accepté en journalisme à l'université! - je reste une fille de mots. Plus que de lettres. Les mots résonnent en moi. J'écoute, je lis et je note! Il y a des phrases qui me happent sans avertir. Des phrases qui me restent dans la tête. Et qui tournent, tournent sans cesse. Parfois, je les garde "au cas où" elles serviraient un jour. D'autres fois, ces phrases sont des choses qu'on m'a dites et qui me poussent à réfléchir. J'ai des extraits de livre, des pensées et beaucoup de petites expressions griffonnées un peu partout. Je manque terriblement d'ordre et je souffre d'avance à l'idée que j'en perds toujours quelques unes ici et là. Mais c'est la vie et je me dis que peut-être quelqu'un d'autre les rescapera peut-être et elle vivra ailleurs... Des fois, je rêve de trouver un cahier anonymes contenant des centaines de phrases lumineuses...

Alors pour risquer moins de les égarer, j'ai décidé de les écrire ici. Tranquillement. De temps en temps. J'avais pris l'habitude de les écrire sur des notes et les afficher sur mon frigo, mais j'ai vite abandonné. Et puis, mes mots étaient cachés par vingt dessins et notes scolaires. Reste que l'idée me plaisait... Je recommencerai peut-être! Quoi de mieux qu'avoir le nez planté sur pleins d'échos de mots quand on se lance pour farfouiller dans le congélo?

"Il n'y a pas de hiérarchie dans la douleur"

Récupéré durant une entrevue faite au sujet du difficile deuil de nos parents. Mais appliquable dans n'importe quelle situation. Comment mesurer le malheur? Comment chiffrer le bonheur? Tout glisse, tout change, tout est relatif. Peut-on se comparer? Se consoler en regardant les autres? Avons-nous le droit de vivre la douleur, le malheur et le bonheur à notre propre échelle? Aussi petit ou aussi gros qu'ils soient et ce sans gêne? Difficile....

En route vers le Saguenay


Je fais partie de la tournée des auteurs invités par le Salon du livre du Saguenay en septembre prochain. Pour que j'aille visiter une classe de votre école, communiquez avec Sylvie Marcoux dès maintenant au 418-542-7294.

mercredi 16 juin 2010

Voici la couverture du 5e divan



Déjà le 5e tome de la série Les secrets du divan rose! (et chuuuttt! Mais je suis déjà en train de prendre plein de notes pour le 6e!!) Vraiment, le temps passe vite.

J'ai toujours aimé chacune des couvertures de mes livres mais celle-ci est particulièrement. Je trouve (et mes amis le diront!) que Frédérique me ressemble. C'est moi, cela, assise sur mon divan, mon ordi sur mes genoux et mille feuilles autour de moi, les yeux étincelants, la tête un peu dans les nuages! C'est tellement moi! :-)

Autrement, il faudrait attendre en août pour lire ce 5e épisode de la vie de Frédérique.

mardi 15 juin 2010

Terminé...

Le 5e tome du divan rose est parti en correction ce matin.

Il sera prêt pour la rentrée automnale.

J'ai très hâte de vous le présenter!!

jeudi 10 juin 2010

Toujours tout droit

Adèle est parfois très très démonstrative. Puis, en d'autres moments, elle est gênée comme n'importe quelle autre petite fille. Elle m'a demandé de venir parler de mes livres dans sa classe. M'entendant dire que je visitais des classes dans plusieurs écoles tout le printemps, elle a fait le lien entre son professeur et moi. Et voilà, c'est cet après-midi que je vais les rencontrer.

Étrangement, ça me gêne aussi beaucoup. J'aime profondément faire des animations avec les enfants. Beaucoup. Mais chaque fois, avant de partir, j'ai la trouille. Et là, devant ma fille, ça me gêne encore plus. C'est la même chose quand je fais une animation "grand public". Si possible je ne veux pas y voir mon chum, mes parents, mes amis. Pourtant, je pense faire une "job correct". Mais reste que plonger me fait toujours un peu peur. Après la première phrase, tout va bien. Mais c'est le plongeon le plus angoissant.

C'est en grande partie pour cela que j'y vais tantôt. Même si j'ai des papillons dans le ventre depuis le matin. Je veux montrer à Adèle qu'il faut avancer dans la vie. Même si on a peur. Même si on hésite. Toujours tout droit, sur notre chemin.

Adèle a passé par desssus sa propre gêne pour aller demander ma visite à son professeur. Je la trouve fonceuse, ma poulette. Quand son prof m'a appelée, elle m'a dit "Vous savez, Adèle est bien fière de vous... Et elle serait vraiment contente si vous veniez!". Ça, c'est ma plus belle récompense.

Je n'ai pas choisi une vie commune. Je me sens bien souvent en décalage par rapport aux autres. Mais de savoir ma fille fière de moi, vraiment, ça me donne tout l'énergie pour plonger et avancer encore tout droit, toujours.

Météo surprise


Textes de Anne-Michèle Lévesque, illustrations de Gabrielle Grisé, éditions Les Z'ailées, 2008. ISBN:9782923574332

A cause du froid polaire de la semaine de relâche, les projets de Jade et de Mégane sont annulés. Pour s'amuser, elles décident de réclamer du temps plus chaud à MétéoMédia par courriel. Elles ne se doutent pas qu'elles vont ainsi déclencher plusieurs événements mystérieux.

---- Une lecture qu'on a fait en duo: une page lue par Adèle, l'autre par moi. Le sujet du roman est intéressant et rigolo. Adèle se demandait, à la fin de la lecture, si ça se pouvait. Semer des questions dans la tête des enfants, c'est la clé! Une suite - Escapade météo - est sorti le mois dernier. On la lira sûrement!

mercredi 9 juin 2010

Paul et Pamplemousse - Trente millions d'espions

Texte et illustrations de Loïc Méhé, éditions MiC_MaC, 2009. ISBN: 9782917460276 .

Une BD-Jeux, quelle bonne idée! Le principe c'est : une vraie BD avec un jeu par page pour continuer l'aventure! On plonge avec beaucoup de suspense et d'humour, dans un monde où les hamsters sont agents secrets, et ou on doit prendre tous les risques pour survivre à une drôle de malédiction... Mais Paul et Pamplemousse sauront-ils arrêter les terribles évènements qui se préparent ?

---- Adèle a adoré. Une BD simple sans trop de mots, mais vraiment bien écrite. Adèle l'a lue en 1h30 durant un trajet en auto vers Trois-Rivières. Combiner la BD à un jeu d'observation est une excellente façon de montrer aux enfants que le plaisir se trouve dans la lecture. Chapeau! On a hâte d'en trouver d'autres de cette collection.

dimanche 6 juin 2010

Choisir ce qu'on lit

Quand vient le temps de me choisir un livre, plusieurs trucs influencent mon choix. Bien souvent, la toute première phrase, bien plus que le résumé sur la 4e couverture, m'interpelle. Quand j'écris, je fais attention à ce détail...

Ce matin, après avoir terminé la lecture de Silence de mort, de Chrystine Brouillet, je me plongerai dans Extraits de cafés d'André Carpentier (paru chez Boréal). La première phrase: "M'étant présenté par erreur en avance de deux heures à un rendez-vous, je dois me réfugier dans le huit clos matinal d'un café et m'occuper à passer le temps devant un bol et un journal." Comme j'aimerais être transposée à la place de celui (ou celle) qui parle... J'aime les cafés. Les boire et les visiter. M'y asseoir pour lire, regarder les autres, imaginer mille histoires et mille vies à ceux qui m'entourent...

Ce sont la première phrase - l'incipit au maximum - qui m'attire. On y retrouve souvent de petits bijoux. On y sent un condensé des émotions du roman.

Si ça vous tente, écrivez dans les commentaires les premières phrases (2-3 max) du roman que vous lisez ou celui que vous aimez... On verra bien!

mardi 1 juin 2010

Je lis moi-aussi

Voici la liste des livres que j'ai lus...

- Revenir de loin. Par Marie Laberge. Dans le coma, Yolande réalise qu'elle a perdu la mémoire. Aucun souvenir de sa vie d'avant et aucune envie de la réintégrer. Une histoire de choix, de tournants et de recherche d'une vie qui nous ressemble.
- La société des pères meurtriers. Par Michel Châteauneuf. Une sombre société assassine la progéniture indigne de ses membres selon leurs demandes. Mais le dérapage est toujours possible... Histoire tordue.
- Échec et maths. Par Anne Bonhomme. Une actuaire qui adore tout calculer découvre via une amie les lois du Secret et change sa vie. Au fond, est-ce un appel à l'Univers ou simplement qu'elle se donne enfin les moyens de changer. Et changera-t-elle vraiment?
- L'homme qui voulait être heureux. Par Laurent Gounelle. Une rencontre avec un inconnu qui semble en connaître plus sur nous que soi-même, c'est assez troublant. Même si c'est un livre sur le développement personnel déguisé en roman, on s'y retrouve beaucoup et avec plaisir. Et on réfléchit, doucement.
- Contre Dieu. Par Patrick Sénécal. Peut-on rester le même après un événement qui casse complètement notre vie, notre quotidien? Un livre qui se lit d'une traite, sans aucun point, un roman qui nous propulse dans un rythme complètement fou, écrit à la deuxième personne du singulier. Impressionnant.
- Amour et autres enchantements. Par Sarah Addison Allen. Une famille de filles qui possèdent chacune des dons. Une histoire avec beaucoup de fleurs. Une touche de magie qui fait rêver aussi. Mais surtout qui fait du bien.
- Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay. Je ne me rappellais plus si je les avais déjà en entier (oui, finalement!). J'y ai retrouvé la même ambiance que dans ses chroniques du Plateau, un monde grouillant que je ne trouve plus dans ses derniers livres.
- Chroniques d'automne de Marcia Pilote. Beaucoup de réflexions qui ressemblent étrangement aux miennes. Un désir fou de se réapproprier sa vie, d'assumer ses choix, de se rapprocher de «soi», d'être tout simplement. Une parfaite lecture à faire avec une doudou avec le vent frais de l'automne.
- Le journal irrévérencieux d'une mère normale de Véronique Fortin. Un livre d'une mère normale - lire qui pète sa coche de temps en temps et qui fait des choix elle-même non dictés par ce que veut les bien-pensants de ce monde! Beaucoup de bonnes réflexions... et un peu (Z)imparfait! J'aime.
- Le voyage d'hiver d'Amélie Nothomb. J'ai eu envie de fermer le livre à la dixième page. Puis, j'ai continué. Et j'ai finalement aimé. L'écriture de A.N. me plait et j'aime m'y retrouver. Mais pas son meilleur roman par contre. J'attends le prochain.
- Monsieur Julot de Marie Christine Bernard. Après avoir lu Sombre peuple, j'ai eu envie de lire ses autres oeuvres. Encore une fois des lettres qu'on lit; j'aime beaucoup. Un livre sur la mort, mais surtout sur la vie qui se bat sans cesse.
- 33, chemin de la baleine de Myriam Beaudoin. Poignant. Une histoire d'un grand amour, un peu aveugle, et d'une grande peine. On se demande si la force de l'oubli ou encore le déni a eu raison du temps et des blessures.
- Dans ma bulle de Suzanne Myre. Un des livres que j'attendais le plus. J'aime comment elle écrit. Et le sujet est captivant: les tribulations d'une préposée dans un hôpital. Un milieu que je connais... bien! Bien en place pour remporter le titre de ma meilleure lecture de l'été!
- La ballade des tordus de Michel Châteauneuf. J'aurais pu arrêter la lecture dès les premières pages. Une histoire d'un policier aux penchants pour les jeunes garçons, des Hells, une naine "weird" et un gars assez dérangé. Finalement, je me suis laissée prendre par leurs histoires entremêlées et j'ai enfilé les pages rapidement.
- Rue des mensonges de Joy Fielding. Chaque été, je lis un de ses livres. Je sais que j'embarque facilement, que l'histoire sera prenante. Un peu plus déçue que les derniers, mais bon tout de même. J'ai gardé la lumière allumée quelques heures par nuit pour le terminer, pressée de savoir le dénouement.
- Le mort du chemin des Arsène de Jean Lemieux. Longtemps que j'attendais un nouveau livre. Comme à chaque fois, je rêve d'aller aux Îles-de-la-Madeleine. Enquête qui avance bien.
- Sombre peuple de Marie-Christine Bernard. Des nouvelles comme des loupes sur nos différences.
- Sous surveillance de Chrystine Brouillet. Parce que la lecture de Silence de mort a ravivé mon désir de lire un bon suspense. Et que l'été, je suis toujours plus proche de Québec. Contente d'y retrouver des personnages rencontrés dans Silence de mort.
- Mistral 2 - Au pays des mouches de Pierre Labrie. Une enquête paranormale qui tombe bien puisque j'écoute en rafale des épisodes d'X-Files. J'ai comme un parti pris. Mais aurait aimé avoir 12 ans et être l'amie de Cloé Mistral pour mener une enquête moi-aussi. Le rêve de bien des enfants...
- Fol allié de Patrick Dion. Une histoire de rupture qui fait mal. Ben mal. Fort bien écrit.
- Toi et moi, it's complicated de Dominic Bellavance. Une histoire d'amour et de rupture à l'heure de Facebook. Intéressant à lire. Vraiment.
-Silence de mort de Chrystine Brouillet. Une enquête de Maud Graham pour renouer avec CB; il y a longtemps que je n'avais pas lu un de ses livres. Comme toujours, j'ai envie de déménager à Québec quand je la lis...
- Si tu t'appelles Mélancolie... de Mélanie Leblanc. Un livre qui donne une furieuse envie de voyager... En attendant, je rêve... J'ai une nouvelle amie: Mélancolie.

-