vendredi 5 novembre 2010

Dire merci


Ce n'est pas difficile, pourtant. Un minuscule mot. Probablement l'un que j'aime le plus au monde (allez, on fait l'exercice de trouver LE plus beau mot). Mais un mot qui frappe fort direct au coeur, pourtant. Et à chaque fois.

Parfois, je me rends compte qu'il y a bien peu de gratitude. On ne prend pas le temps de dire merci. On ne prend pas le temps pour grand chose, en fait. et dire «merci» est souvent escamoté. Je ne prétends pas le dire plus souvent que les autres, mais j'essaie vraiment de le dire sincèrement le plus souvent possible.

Et merci, ça peut s'adresser à plein de gens et aussi plein de choses. C'est une simple pensée qui nous traverse l'esprit, un instant de gratitude pour ce qui nous est donné, offert, prêté ou partagé. C'est un microscopique moment qui peut faire la différence. C'est un mot doux, un mot d'amour aussi. Mais on l'oublie.

Dire «merci», c'est humble. Accepter l'aide de quelqu'un. Se confier qu'on a eu besoin de lui pour avancer. C'est accorder à l'autre une part de notre réussite. C'est un acte de partage. C'est lumineux aussi. C'est éclairant sur notre propre parcours. On voit qui nous donne un coup de main, qui nous épaule, qui nous guide, etc.

Et c'est touchant parce que si on prend la peine de le dire, c'est que quelqu'un a eu une attention pour nous. Qu'il a pensé à nous. C'est assez pour se sentir «plein» de gratitude, non?

Plusieurs blogueuses ont instauré la tradition du "Vendredi merci". Super initiative! On prend ainsi le temps de dire «merci» à quelque chose. Parfois même à soi-même pour une démarche entreprise ou une douceur qu'on s'est accordée.

Aujourd'hui, là là, j'ai envie de dire «merci» à Rimouski, où je suis pour le salon du livre. C'est ici qu'a commencé pour moi cette tournée des salons il y a un an. C'est ici que j'ai connu plusieurs de mes amis. C'est ici que j'ai débuté un bout de ma nouvelle vie. Je me sens bien ici. Je me sens bien dans les salons du livre. À ma place. Dans mon élément. Et puis, j'ai voir l'eau à Rimouski. Dommage qu'il pleuve, je ne pourrai pas aller me promener. Peut-être dimanche. Promis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire