mercredi 25 août 2010

Portée et déposée

Je reviens de voir le film Mange, prie, aime. Malgré que tout le monde autour de moi n'avait pas aimé le livre, moi je l'avais beaucoup aimé. Quelque chose m'avait interpellé sans trop savoir ce que c'était. J'en étais ressortie comme "transportée"

Le film? Un peu la même chose! Je sens en moi un désir autant de découvrir des endroits que je ne connais pas (je reviens de la Gaspésie. Je sais, ce n'est pas Bali, mais pour moi c'était quand même un dépaysement...) qu'un désir de me déposer... de me trouver... d'être moi... de vivre tout simplement. Ça pourrait tout aussi bien être des endroits en moi à découvrir aussi...

Deux notions résonnent encore en moi : "dolce farniente" et "plaisir versus divertissement". J'ai le goût de me déposer. De prendre racine. De planter mes pieds dans le sol et de voir avec mon coeur. Je ne veux pas m'étourdir; je veux savourer. Je veux apprendre à ne rien faire. M'asseoir 15 minutes dehors sans livre, sans magazine, sans idée d'aller couper une fleur ou arracher une mauvaise herbe. Juste "être" là.

Je me suis beaucoup beaucoup étourdi l'an passé et je ne veux plus recommencer. Je n'étais pas bien. Je le sais. Mais c'était ma bouée de sauvetage. La seule façon de survivre, de continuer, etc. Mais là, je ne suis plus à la même place. Ma quête est autre. Je veux me déposer, tout simplement. À ma façon. Je ne prends jamais le chemin comme les autres pour arriver à mes fins. Je fais à ma tête. Bien souvent à contre courant. Autrement. À ma façon, finalement. Et j'y arrive. À ma façon encore. Et ce que je vais faire encore.

Cette fois-ci, une amie qui est allée voir le film elle-aussi (le même soir, toute seule elle aussi, mais pas au même cinéma!) m'a promis qu'on s'aiderait dans notre quête de se trouver et de se déposer.

C'est mon objectif automnal... et aussi d'essayer quelques recettes très italiennes... ;-)

5 commentaires:

  1. Ma belle Nadine,

    Encore une fois, je constate qu'un fil invisible nous lie.
    J'ai vu Eat, pray, love (seule) la semaine dernière. J'avais lu le livre lors de sa sortie. J'ai aimé l'un et l'autre pour des raisons à la fois semblables et différentes.
    L'an dernier, pour les mêmes raisons que toi, je me suis aussi beaucoup étourdie. Maintenant, je sens qu'est venu le moment de cesser de m'éparpiller, et je n'ai qu'une seule véritable envie, me poser. Accueillir. Ressentir. Être. Et créer.
    Tu es loin mais si proche en même temps. Je t'accompagne dans ta quête.
    Et je te garde contre mon coeur, dans notre grand châle de l'amitié.
    À tout bientôt, j'espère.
    Mélanie xxx

    RépondreSupprimer
  2. Absolument! "Accueillir, ressentir, créer": je pense que je vais me post-ité tous ces mots pour qu'ils me suivent partout!
    Il faut se voir... :-)
    xxx

    RépondreSupprimer
  3. Votre amitié est aussi belle que le film est bon.

    Vous êtes vraiment sur le bon chemin, bien entourées et très inspirantes...

    Si ça continue comme ça, ce n'est pas juste quelques femmes qui vont "changer", mais plutôt un nouveau mouvement de société qui va prendre forme.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas encore vu le film... C'est dans mes plans. En tous cas, vous me donnez le goût... Si vous partez un mouvement, faites-moi signe... lol

    RépondreSupprimer
  5. Maintenant que demain est(enfin!)différent... tu peux te poser, oui!

    Et oui, on s'aidera, promis. Car mon désir de me poser est beaucoup plus grand que celui de m'étourdir cette année, tout comme toi...

    RépondreSupprimer