lundi 21 décembre 2009

Le Why Café, parce que...

c'est en plein le genre de livre qu'il me fallait à ce moment précis de ma vie. Je crois au coup de foudre. Je crois au coup du destin jusque dans les livres. Certains nous tombent dessus au mauvais moment. Mauvais timing. D'autres nous arrivent en plein coeur.

Le Why Café n'est pas une grande révélation en soi. Il ne changera pas profondément ma vie. Mais il a confirmé quelques trucs que j'essayais justement de mettre en place dans ma vie.

John - le personnage principal - part pour quelques jours de vacances pour fuir le stress de son travail. En route, il doit changer d'itinéraire et se perd. Il arrive enfin dans un café au milieu de nulle. Là-bas, il lit sur le menu trois questions
- Pourquoi êtes-vous ici?
- Avez-vous peur de la mort?
- Êtes-vous pleinement épanoui?

Il discutera toute la nuit avec trois autres personnes. Il réfléchit beaucoup, tourne et retourne ces questions dans sa tête. En partant de là, il sait qu'il ne reprendra pas vraiment la même route. Sa vie a pris un nouveau tournant. Il était à la croisée des chemins et il a décidé de ne plus suivre bêtement le troupeau, mais plutôt sa raison d'être... sa raison d'être ici sur terre!

Des extraits?

"Avec le temps, j'ai observé que c'est à ce carrefour que la plupart des gens mettre fin à leur quête. Ils regardent par un trou dans la clôture et voient clairement la vie qu'ils aimeraient avoir, mais pour toutes sortes de raisons, ils n'ouvrent pas la porte de la clôture et n'avancent jamais vers cette vie désirée." (p.144)

"(...) si vous n'êtes pas en résonance avec ce que vous voulez faire, vous pouvez gaspiller votre énergie à faire plein de choses. Et lorsque les occasions de faire ce que vous voulez se présentent, il est possible que vous n'ayez plus la force ou le temps de les accomplir." (p.68)

"Une personne pourrait vivre toute sa vie en faisant chaque jour une ou des activités qui combleraient sa raison d'exister qu'elle aurait identifiée. Mais, continua-t-elle, elle n'en retirerait pas beaucoup d'argent. Ma foi, ce serait tragique. Imaginez les conséquences. Vous pourriez vous retrouver à avoir vécu toute votre vie de façon à combler votre raison d'exister. Vous pourriez passer votre vie à faire ce que vous voulez, car vous auriez découvert pourquoi vous êtes ici. Vous pourriez vous retrouver à 65 ans sans avoir pu épargner suffisamment pour la retraite. Mais que faire alors?... Je suppose que vous n'auriez qu'à continuer à faire ce que vous aimez. Cela pourrait être vraiment tragique..." ironisa-t-elle."

1 commentaire:

  1. Merci pour cette suggestion, qui semble être exactement ce que j'aurais besoin de lire en ce moment...

    Je suis bien contente de voir apparaître tes nouveaux textes sur mon iGoogle... Tes textes inspirants me manquaient.

    RépondreSupprimer