mercredi 10 juin 2009

Je me lance à l'eau...

Une grande inspiration et je plonge! En fait, j'envoie des dizaines de manuscrits aujourd'hui. Je vais à la pêche. Je tends des lignes. Je me lance en zone inconnue.

Quand je regarde mes enveloppes, je les trouve anodines. Trop simples, peut-être. Elles vont se perdre dans une mer d'autres papiers. Et (c'est niaiseux!), mais je trouve cela triste. Triste comme si j'abandonnais ces histoires sans savoir qui tombera dessus. Comme si je laissais Mathias, Hubert et Loïc tout seuls. Trois petits garçons abandonnés. Ils devront séduire sans moi. Quel boulot, quand même! Après avoir été avec eux pendant longtemps, je desserre ma main et les laisse avancer. Prendre leur route et espérer très très fort qu'ils se frayent un chemin parmi les autres jusque dans le coeur d'un éditeur...

Qui sait? Bonne route!

1 commentaire:

  1. Bonne chance! Et tu sais, c'est très normal d'être triste, parce que d'une certaine façon c'est un peu une fin, la fin d'une relation exclusive et intime. Mais cette fin signifie aussi un commencement, puisque tu laisses aller ces petits garçons vivre leur propre aventure...

    RépondreSupprimer